La révolution TV, pas encore aujourd’hui

Bonjour à tous ! Merci de lire MarketinGeek ! Aujourd’hui, nous allons parler TV connectées :D

La révolution TV ? Hum, pas encore.

Le billet d’aujourd’hui a pour vocation de rebondir sur une actualité googlienne : l’annonce de l’arrivée, au cours du mois de septembre en France, du boitier TV de Google. Un boîtier qui, branché via HDMI à une télé, permet à l’utilisateur de commander et de visionner du contenu vidéo via la plateforme Google Play (fraîchement lancée) et via YouTube, et également d’accéder à 200 applications Android. Prix : 200€ de base, 300€ pour un boîtier muni d’un lecteur blu-ray (source).

L’autre grand concurrent de Google, Apple, avec son Apple TV, propose un boîtier quasiment similaire avec de la vidéo et de la musique via sa boutique iTunes, et là encore des applications (YouTube y compris). Prix : 109€ (eh oui, pour une fois Apple n’est pas le plus cher !).

La révolution attend toujours

Si dans mon titre je suis si « amer », c’est que je ne vois pas ces boîtiers TV s’imposer en masse aux côtés des télévisions des ménages. Si les télés connectées seront très prochainement et certainement une des grandes nouveautés et opportunités de s’imposer – et gagner plein de sousous – dans les foyers pour les entreprises multimédia, elles font toutefois face à la concurrence des box des fournisseurs d’accès à internet (FAI). Des box qui permettent également d’accéder à internet, de télécharger du contenu vidéo et musical, et qui s’ouvrent aux applications et jeux vidéo, avec par exemple Angry Birds sur la Freebox Révolution.

La solution réside peut-être dans le « tout-intégré », avec une télévision connectée nativement, proposant l’ensemble des services existants à ce jour. Ce type de solution existe déjà (comme avec l’Internet@TV de Samsung) mais n’est pas encore suffisamment novatrice pour susciter l’engouement général. Bien sûr, un boîtier externe a pour avantage d’être connectable sur tout type de télévision, mais qui n’a pas rêvé d’avoir une jolie télé sans fils dans son salon ? C’est pourquoi, selon moi, les constructeurs (et les acteurs du mobile et de l’internet), s’ils veulent percer véritablement sur le segment – ça n’est encore aujourd’hui qu’un segment, ce sera surement le marché dans son ensemble prochainement – doivent faire preuve d’imagination et surtout conjuguer efforts d’intégration des technologies existantes et innovations.

La ligne verte

Non il ne s’agit pas ici de parler du film avec Tom Hanks, mais plutôt d’aborder la voie royale que pourrait emprunter la pomme Apple sur le marché des télés avec une hypothétique iTV.

Vous aurez peut-être remarqué que depuis le début de ce billet que je reste très orienté Google/Apple. La raison en est qu’aujourd’hui, étant donné le leadership exercé par iOs et Android sur le marché des systèmes d’exploitation (OS) des tablettes et smartphones, Google et Apple sont d’après moi les acteurs les mieux placés pour étendre leurs univers respectifs dans les salons des ménages. Les gens vont d’avantage chercher à utiliser un même univers sur l’ensemble de leurs appareils, c’est-à-dire retrouver sur leur télé une application, un film ou une musique téléchargés sur leur tablette, smartphone ou encore pc/mac. C’est pourquoi l’un des facteurs clés de succès pour les tv connectées va résider dans la capacité à proposer une continuité au fil des appareils : cela passe par un OS, et par un service de cloud computing pour permettre le transfert instantané de fichiers.

Apple a toutefois un gros avantage sur Google sur l’aspect hardware : là où Apple produit et fait sa marge sur le matériel, Google a du mal et doit, pour vendre sous sa marque, avoir recours à d’autres fabriquants comme Asus pour les tablettes et HTC pour les smartphones. Mais on peut aussi noter d’autres points importants à l’avantage de la firme de Cupertino (Silicon Valley) :

    • la force de la communauté, et la forte image de marque (brand equity) dont dispose Apple ;
    • une cohérence de l’univers Apple, au delà d’iOS, dans ses appareils : on s’imagine plus avec un iPhone, un iPad et une iTV qu’avec un téléphone Google d’HTC, une tablette Asus sous Android et une Google TV ;
    • Siri : Apple a encore une fois révolutionné un usage, et si l’on peut avoir tendance à voire en Siri plus un gadget qu’autre chose, toujours est-il que tous ses concurrents tentent tant bien que mal de refaire leur retard. Et on ne peut s’empêcher d’imaginer ce que Siri peut donner dans un salon ! (A noter que le boîtier Google TV permet déjà certaines interactions par la parole).
    • le design Apple : car oui c’est cher, mais c’est beau :P

Un concept d'iTV

N’oublions toutefois pas Microsoft, qui pourrait avoir un rôle à jouer également : l’entreprise créée par Bill Gates a montré dans le passé sa capacité à s’imposer sur un marché hardware hors PC, celui des consoles vidéos. Une expertise de 11 ans dans le monde du jeu vidéo (sa console Xbox a été lancée en 2001) qui pourrait d’ailleurs lui permettre de faire valoir de sacrés atouts à l’heure où les applications ludiques cartonnent sur smartphones et tablettes. D’autant que Microsoft peut se targuer d’avoir dans son fourreau d’autres armes comme le Kinect et un Windows 8 qui annonce un certain renouveau en terme d’expérience d’utilisation.

A suivre…

Vous l’aurez compris, les TV connectées sont des appareils à suivre dans les mois qui vont venir. La 3D, sauf surprise, ne sera pas ce qui va révolutionner le marché des téléviseurs. Et si la mobilité est à n’en pas douter en train de bouleverser les usages faits du web (web 3.0 ?) avec les smartphones et tablettes numériques, les internautes auront sûrement besoin en parallèle d’un « pied-à-terre » multimédia : la TV connectée peut occuper cet espace.

Apple semble être le mieux placé pour perforer le marché, quand on connait sa capacité à innover et créer des brèches en matière de technologies. Mais, comme Lâm Hua l’a souligné dans une chronique sur Le Journal du Geek (@monsieurlam, et je vous invite à lire cette chronique), si la Pomme devait se lancer, elle devrait modifier sa façon de commercer (fondée sur le renouvellement permanent de ses produits) et peut-être envisager de faire son profit sur des éléments immatériels (renouvellement d’iOS ? tarifs des applications ? tarifs des films/musiques ?)… un défi, donc, surtout avec les concurrents potentiels que sont les Google et Microsoft, sans compter les acteurs traditionnels de l’électronique.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Les télés connectées vous attirent-elles ?

Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à le partager sur Facebook, Twitter ou encore Google+ à l’aide des icônes ci-dessous et aidez-nous à faire connaître MarketinGeek.fr ! Merci ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>